Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 13:51

Louboff J'aimerais tant tourner la pagePage 139
L'imagerie cérébrale confirme les observations
Les progrès considérables effectués dans le domaine de la neuro-imagerie cérébrale (scanner, IRM, petScan) apportent une confirmation de ces données cliniques.

Ces examens permettent de mesurer l'activité des différentes zones cérébrales en temps réel. Chez des personnes souffrant de SSPT et auxquelles on rappelle leur souvenir traumatique, ils montrent une diminution de l'activité dans la zone de Broca, c'est -à-dire la partie du cerveau gauche qui contrôle la parole, donc la verbalisation de l'expérience vécue.
Simultanément, les zones de l'hémisphère droit qui traitent les émotions intenses et les images visuelles sont activées de manière significative.
Comment un traumatisme peut être réactivé ?
S'exposer à des stimuli sensoriels ou émotionnels très proches voire identiques à ceux qui existaient au moment du traumatisme est un moyen de provoquer sa « réactivation » avec toute la souffrance qui lui est associée.
On peut se représenter la mémoire comme constituée de nombreux réseaux de neurones, chacun contenant des informations apparentées. L'activation d'un aspect, contenu dans un réseau, par exemple la peur, facilite le rappel de tous les souvenirs qui lui sont associés. Or l'émotion semble être un signal très efficace pour le rappel d'informations dans ces réseaux associatifs.

Ceci permet de mieux comprendre que de nombreuses victimes d'agressions sexuelles puissent vivre de manière satisfaisante tant que les émotions liées aux souvenirs traumatiques ne sont pas réactivées – ceci s'applique également aux autres situations d'agression, viols ou violences conjugales. Mais dans certaines circonstances, ces victimes peuvent ressentir et se comporter comme si elles étaient agressées de nouveau.
La peur n'est pas le seul stimulus de réactivation. N'importe quelle émotion liée à l'événement peut devenir un signal de rappel des sensations vécues lors de son déroulement : par exemple le sentiment d'intimité lié à la proximité physique, l'excitation sexuelle, la honte ou la culpabilité.


Autres billets sur le livre J'aimerais tant tourner la page par François Louboff
1/ J'aimerais tant tourner la page - Guérir des abus sexuels subis dans l'enfance
2/ Le rôle de la justice dans le statut de victime
3/ L'argent et les victimes de viols par inceste
3/ L'argent et les victimes de viols par inceste
4/ Enfant d'incestée

5/ Dissociation ? mais de quoi ?
6/ La dissociation est un moyen de défense du psychisme
7/ Qu'est-ce que la PE - partie émotionnelle - après un traumatisme
8/ Qu'appelle-t-on « PAN » – partie apparemment normale après une dissociation
9/ Les enfants – de victimes de viols par inceste – présentent un risque de SSPT trois fois plus important que dans la population générale
10/ Quand être victime devient une addiction
11/ Explications psychologiques de la revictimisation
12/ La fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique
13/ Les souvenirs traumatiques : un autre type de mémorisation
14/ La dissociation traumatique perturbe la mémorisation
15/ L'altération de la mémoire autobiographique

Partager cet article

Repost 0
Published by François Louboff - dans Mémoire
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références