Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 14:30
Ecrire-le-viol.jpgPage 22
Du point de vue religieux, le viol est un crime qui défie l'ordre divin, une forme de dépravation qui doit être punie. Mais est-ce un péché qui peut être pardonné ? Selon Hannah Arendt, le pardon est le corrélat de la possibilité de punir selon la loi. Et, puisque le viol figure parmi les crimes clairement définis par la loi, sa punition pourrait ouvrir la voie à un pardon possible dans la logique d'une morale chrétienne. Or, nous prétendons que l'énormité de ce crime est telle qu'aucune justice n'est capable de le cerner vraiment, que toute peine reste dérisoire par rapport à la souffrance infligée, souffrance qui n'a pas de fin, qui ne se situe dans aucune temporalité, qui est à vie et peut même continuer au-delà si un enfant était né du viol. Cette disproportion entre le crime et la punition pourrait nous inciter à penser quë le pardon demeure impossible. Mais, selon la logique de Derrida, « le pardon pardonne seulement l'impardonnable1 ». Il défend l'idée selon laquelle on pourrait pardonner au coupable en tant que coupable et que le pardon pur est celui qui n'a pas de sens, qui est inconditionnel. On ne pardonne pas dans l'espoir que le criminel change, qu'il passe de la rédemption à la correction, on pardonne même en sachant que ce pardon n'a aucun sens, ne mènera à rien. Le pardon est, et doit être, tout aussi irrationnel que le crime, restituer ainsi l'équilibre. Le pardon relève du cœur plus que de la raison, le pardon ne passe pas par la compréhension. Certaines victimes ont poursuivi en justice leurs violeurs, ont gagné leurs procès et ont pardonné dans leur cœur. Cela prouve, une fois de plus, notre incapacité de comprendre le viol.

1/ Jacques Derrida, Foi et Savoir, suivi de Le Siècle et le Pardon, Paris, Editions du Seuil, 2000, p.108

Autres billets sur le livre de Rennie Yotova
I/ Ecrire le viol
II/ Le viol
III/ Fantasmes de viol dans la littérature
IV/ Fantasmes dans Le Voyeur d'Alain Robbe-Grillet
V/ Que devient un corps violé ?

**/ L'indicible du viol
***/ Viol et violence à travers Virginie Despentes
****/ Métaphorique du viol chez Robbe-Grillet en l'associant à l'acte de l'écriture
*****/ Le viol de Magritte par Rennie Yotova
***** L'écriture peut donner un sens au viol par Rennie Yotova

Partager cet article

Repost 0
Published by Rennie Yotova - dans Pardon
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références