Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 05:11

Ateliers d'écriture thérapeutiquesPage 12
En 1977, le terme d'autobiographie va encore se moduler, se trans- 
former : on va parler d'autofiction avec Serge Doubrovsky qui refuse 
l'appellation d'autobiographie ou de mémoires pour son roman Fils. 


Il se frotte à la psychanalyse et explore la liberté à travers la syntaxe 
chez Joyce et Céline. Très vite, alors que ce terme d'autofiction est pas- 
sé dans le langage littéraire, Doubrovsky prend ses distances.

Quelle 
serait la différence ? Le roman autobiographique consiste à raconter 
des événements personnels sous le couvert de personnages imaginaires, 
tandis que l'autofiction ferait vivre des événements fictifs à de vrais 
personnages, qui sont réels, qui portent le même nom, qui habitent 
à la même adresse, etc. L'exemple majeur après Doubrovsky est 
Alain Robbe-Grillet qui crée une vraie fausse autobiographie et qui 
ainsi redonne une place majeure à l'autofiction.
Un autre aspect nous intéresse : c'est la mutation du terme qui qualifie cette forme d'écriture ;  nous passons de « confessions
» à « mémoires  » d'« égotisme » à « biographie solidaire  » , et encore, comme 
nous l'avons constaté avec Doubrovsky par exemple, à « autofiction  » .

Cette mutation nous donne la liberté en atelier de bien souligner que 
nous ne nous attachons à aucune norme ; ce qui est de l'ordre de l'autobiographique pour l'un peut ne pas l'être pour l'autre; nous ne demanderons jamais à ce que l'on écrive sous une forme expresse autobio- graphique même si, et nous le savons bien, ce que l'on écrit vient du 
plus profond de soi. Cette liberté et cette connaissance de l'histoire de 
l'autobiographie, avec ses multiples avatars, donnent en atelier d'une 
part une grande liberté d'écriture, voire de non-écriture, pouvant parfois relever d'une écriture cathartique répétitive, et d'autre part le challenge pour certains de trouver une nouvelle forme, de participer à cette 
évolution historique de l'autobiographie. Ce n'est pas un but en soi 
mais certains participants aiment à se prêter à ce jeu.  


Autres billets sur le livre de Nayla Chidiac – Ateliers d'écriture thérapeutiques
1/ Chidiac Nayla – Ateliers d’écriture thérapeutique
2/ La médiation écriture
3/ Que permet l'écriture en psychothérapie à médiation artistique ?
4/ L'écriture cathartique
6/ Pour Semprun, l'écriture et la mémoire sont indissociables
7/ Dans 
le cadre d'un atelier à visée thérapeutique, l'écriture permet de ressentir 
un plaisir
8/ Un travail de lien par l'écriture thérapeutique
9/ Vignette clinique – Virginia W

Partager cet article

Repost 0
Published by Nayla Chidiac - dans Autofiction
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références