Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 16:51

Logo journal international de victimologieJIDV 27 (Tome 9, numéro 3 - Hiver 2011) 
Rédactrice en chef du Journal International de Victimologie, Département de Criminologie, Université de Montréal, Québec, Canada
Bien que la victimologie constitue un champ de recherche relativement nouveau, son historique est plutôt ancien au Québec. En effet, nous avons célébré cette année 50 ans de victimologie au Québec avec le 50e anniversaire de l’École de criminologie de l’Université de Montréal.  Il faut mentionner le rôle particulier joué par l’École de criminologie dans l’évolution de la victimologie.
Après avoir fondé l’École en 1960, Denis Szabo a engagé Henri Ellenberger comme professeur. Comme bon nombre de ses contemporains,  Ellenberger ne se souciait pas des victimes et des répercussions de la criminalité sur celles-ci ; les victimes constituaient plutôt un sujet d’étude dont le but était de mieux comprendre la criminalité et les criminels.
Le professeur Ellenberger a orienté bon nombre des premiers diplômés de l’École, notamment Ezzat Fattah qui a subséquemment produit de nombreux livres et articles de victimologie. À l’instar de son mentor, Ezzat Fattah s’intéressait essentiellement à la victimologie théorique et rejetait ouvertement le militantisme qui, selon lui, n’avait pas sa place en science.
Au cours des années 1980, on observe un changement d’orientation. Micheline Baril, étudiante puis professeure à l’École de Criminologie, a joué un rôle important dans le développement de la recherche victimologique et des services offerts aux victimes au Québec.
Afin de célébrer 50 ans de victimologie, un colloque a été organisé par le Groupe de recherche sur la Victimologie et justice réparatrice du Centre international de criminologie comparée le 15 avril 2011 à l’Université de Montréal.  Subventionné par le Fonds victimes du ministère de la Justice du Canada, le colloque a attiré environ 200 personnes. Les conférences ont été données par les professeurs Ezzat Fattah, Stéphane Guay, Marie-Marthe Cousineau et Jo-Anne Wemmers, ainsi que des étudiants des études supérieures comme Amissi Manirabona et  Natasha Dugal. En plus des universitaires, nous avons aussi eu la participation de membres de la société civile comme monsieur Callixte Kabayiza, directeur du PAGE Rwanda.
Ce numéro spécial donne un aperçu de quelques conférences du 15 avril et nous permet de partager ces idées avec une plus grande audience dans les domaines du droit, de la sociologie, de la psychologie, de la criminologie et de la victimologie.

Pour avoir accès à la revue, cliquez sur le logo du Journal international de victimologie

Partager cet article

Repost 0
Published by E.T. Documentaliste - dans Victimologie
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références