Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 12:35
Réalisé par JulietFilm---Sois-sage.jpgte Garcias
Avec Anaïs Demoustier, Bruno Todeschini, Nade Dieu, plusmétrage français, danois. Genre : Drame
Durée : 1h31 min Année de production : 2008
Distributeur : Les Films du Losange

 

Synopsis : Une jeune femme sillonne les routes à bord d'une camionnette. Elle a 20 ans. Elle est boulangère ambulante dans une campagne désertée. Se fait appeler Eve. Se dit portée par une histoire d'amour exceptionnelle.
Et s'enchante de se rapprocher chaque jour un peu plus de l'homme qu'elle est venue retrouver.
Cet homme qui l'a délaissée. Qu'elle n'a plus le droit de voir.
Mais qu'elle veut reconquérir pour donner un sens à ce qu'ils ont partagé alors et, peut-être, comprendre qui elle est.


Le-Monde-logo.jpg



Sois sage : sens interdit

LE MONDE | 14.04.09 | 15h38
Jean-Luc Douin
Au prétexte qu'elle est hantée par une exceptionnelle histoire d'amour, une jeune fille vient s'enterrer dans un village de Côte d'Or. Sous le nom d'Eve, elle se fait engager comme boulangère ambulante dans une campagne désertée, dit aux uns que son fiancé est mort dans un accident de la route, aux autres qu'il est avocat à Londres. Son comportement est étrange. Elle se réinvente une vie. Elle est perdue dans ses pensées, regarde les gens sans dire un mot, épie les clients chez lesquels elle vient porter du pain, parmi lesquels un couple de musiciens. L'homme, pianiste, la fascine, elle tente chaque jour de se rapprocher de lui un peu plus. Mais il la fuit, une gêne palpable transpire de leurs évitements, leurs dialogues feutrés, tissés de non-dits, et d'où il ressort que tout contact leur est interdit. Eve passe outre, cherche à reconquérir cet homme, à s'introduire chez lui...

Plus que d'orchestrer un certain suspense autour d'un certain mystère, Juliette Garcias dit avoir voulu poser des questions sur un thème tabou, évoquer un drame sur lequel la parole est interdite. C'est à travers des symboles visuels, des plans dérangeants, surréalistes, à la sensualité agressive (deux oreillers sur un lit, deux cadavres de renards, une main plongée dans un panier d'escargots gluants, une automutilation du bout des doigts par ciseau à ongles, le fantasme d'être poursuivie par un chien en rut) qu'elle suggère ce mal insaisissable dont son héroïne est victime et qui reste tabou. Hier confrontée à l'inceste, encore perdue et incapable de scinder ce qu'elle a vécu entre amour fou ou preuve suprême de désamour, de donner un sens à la destruction de sa personne, Eve explore son désir de se réapproprier l'amant d'hier, de s'en venger en troublant sa nouvelle vie, vient agiter devant ses yeux le souvenir de sentiments complexes, pervers, culpabilisants.

Rythmé par la musique de Schubert, ce premier film sensible pâtit d'un goût excessif pour le maniérisme mais bénéficie d'une fort jolie interprétation d'Anaïs Demoustier, que nous avions repérée dans Les Grandes personnes d'Anna Novion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc Douin - dans Film
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références