Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 16:27
L'histoire de la Belle Hélaine de Constantinople, mère de Saint Martin de Tours en Touraine et de La-Belle-Helaine-De-Constantinople.jpgSaint-Brice.- Caen : Chez A. Hardel, Imprimeur-Libraire, rue froide, n°2, [ca1800].- 40 p.
Comme le roi de Constantinople voulut épouser sa propre fille,
à cause de sa beauté, et comme elle s'enfuit la nuit.

La reine Elisabeth étant accouchée d'une fille, on l'a baptisa et elle fut nommée Hélaine. Quand elle eut quinze ans, sa mère mourut, et son père étant resté veuf pendant quelque temps, eut la volonté de se marier : mais ne trouvant pas de parti égal en beauté à sa défunte femme, que sa fille, il résolut de l'épouser. Un jour il fut la trouver dans sa chambre et lui déclara sa passion. Hélaine bien surprise d'une telle affaire, lui représenta qu'il trouverait bien une autre femme, sans songer à vouloir ternir son propre sang, lui déclarant qu'elle mourrait plutôt que de commettre un si grand crime.

…/…

L'armée des Sarrazins étant défaite, le roi Antoine vint trouver le pape, lui présenta le grand étendard des Sarrazins avec le sabre du roi Accoupa, surnommé fléau de Dieu. Le pape accepta ce présent fort agréablement, en remerciant Antoine. Alors il lui dit : saint Père, comme vous savez que chaque peine requiert salaire, je vous demande la récompense du service que je vous ai rendu. Le pape dit que cela était juste, et qu'il lui donnerait ce qu'il lui demanderait, pourvu qu'il fût en son pouvoir. D'abord il lui dit de lui donner dispense d'épouser sa propre fille Hélaine, qui était la plus belle du monde. Le Pape bien surpris d'une telle demande, lui représenta que les chrétiens ne vivaient pas comme des bêtes, et que Sodôme, Gomorrhe et les autres villes voisines avaient péri pour un tel péché. Mais s'il était dans le dessein de se marier, il pouvait faire alliance avec quelque autre Princesse de l'Europe, pour affermir davantage ses Etats.

Le roi Antoine, mal content de ces paroles, lui réitéra sa demande, disant que s'il le refusait, il allait saccager Rome et ruiner tout le pays. Le pape se vit bien embarrassé : il alla se mettre en prière, pour obtenir de Dieu la conversion de ce roi, et lui donner son conseil sur ce qu'il devait faire. Etant de retour, le Pape lui dit qu'il lui accorderait sa demande, mais qu'il fallait aller ouïr la messe.

Le roi fut d'accord en cela ; et pendant que le Pape disait la messe, il eut révélation de donner la dispense que le roi lui demandait, et d'y apposer le sceau de ses armes. D'abord cela fut fait et délibéré au roi, qui témoigna une grande joie. Dès le moment il prit congé du pape, et partit pour Constantinople.

Quand Hélaine sut que son père revenait, elle fut à sa rencontre pour l'embrasser. Il descendit d'abord de cheval, la prit par la main, et la conduisit jusqu'au Louvre. Aussitôt il ordonna des réjouissances publiques, et fit tout préparer pour son futur mariage. Il fit venir sa fille dans sa chambre, et lui ayant montré la dispense, il dit qu'il voulait l'épouser le jour suivant. La dame bien surprise de cela, dit à son père qu'elle ne pouvait comprendre comment le pape donnait cette permission qui était contraire à toutes les lois divines et humaines. Je mourrais, dit-elle, plutôt que de commettre un tel crime. Elle revint dans sa chambre, où ayant trouvé Clarice, sa dame suivante, elle lui raconta tout ce qui se passait ; et ne sachant quel parti prendre pour se soustraire à cette infamie, Clarice lui conseilla de s'évader la nuit, pendant que son père dormirait.

…/…

Le pape lui demanda d'où elle était, comme il l'avait rencontrée ? Le roi lui dit qu'il l'avait trouvée sur le bord de la Tamise, où les flots l'avaient jetée par permission divine, après avoir éprouvé la brutalité de son père qui vouloit l'épouser contre toutes les lois ; qu'ayant évité ce malheur par sa fuite, elle était tombée dans un plus grand, vu que le gouverneur de Flandre qui était Sarrazin la voulait violer ; et pour éviter ce mal elle s'était embarquée sur un vaisseau marchand, où par malheur elle tomba entre les mains des Pirates, qui ne lui eussent fait moindres traitements, si Dieu n'eût lancé sa foudre sur le vaisseau, et ne les eût précipités dans la mer. En vérité, dit le pape, voici des choses miraculeuses. Mais ne savez-vous pas son extraction ? Oui, elle est fille d'Antoine, roi de Constantinople. Ah ? dit le pape, vous êtes mon neveu ; c'est Hélaine, fille de ma soeur Elisabeth. Quel bonheur vous à conduit ici ?

Comme le pape fit écrire des lettres à Londres,
pour savoir la vérité du fait.

D'abord le pape dépêcha un courrier à Londres pour savoir la vérité du fait. Les lettres étaient scellées du sceau du roi, et le courrier étant arrivé à Douvres, fut d'abord arrêté par ordre de la reine mère, qui l'ayant fait boire comme le premier, il s'enivra, et ayant pris son paquet, elle falsifia les lettres et les renvoya.

Elle mandait très-expressément au comte de Glocester de faire mourir la reine et ses enfants, aussitôt qu'il aurait reçu les lettres, parce que c'était une adultère et une famme de mauvaise vie. D'abord que le courrier fut arrivé à Londres, il salua le comte et lui dit : Monseigneur, le roi se recommande bien à vous ; voici des lettres qu'il vous envoie. Le comte les ayant lues fut tout surpris, et dit, où diable as-tu pris ces lettres ? Monseigneur, le roi me les a données à Rome : Tu ments, dit le comte, prends garde à ce que tu dis. Il le fit mettre en prison.

…/…

O trop ingrate fortune, quand seras-tu lassée de me persécuter ! ah ! bêtes sauvages, que ne me dévoriez-vous au lieu de ces deux innocen ! Mais comme la mère a été malheureuse tout le temp de sa vie, il faut que ces enfants se ressentent de ses maux.

…/…

comme le roi Antoine de Constantinople convertit Grambeau
qui était Sarrazin, lequel après fut un grand Saint.

Antoine, roi de Constantinople, étant revenu, et ayant fait chercher Hélaine en divers pays, il s'en vint dans l'électorat de Bavière, où régnait un roi, nommé Grambeau, qui était Sarrazin. Il avait fait construire un palais qu'il nommait paradis, et il se disait Dieu en terre. Il avait fait faire une idole laquelle le démon animait, et le roi lui faisait dire ce qu'il voulait pour amuser le peuple.

Grambeau avait une fille très-belle, nommée Cloriande, qui était chrétienne, quoique non baptisée. Son père la voulait épouser, et ne trouvant aucun moyen pour cela : il dit qu'il consulterait son oracle, et que celle qu'il nommerait serait son épouse.

Elle, sachant cela, n'y voulut pas consentir, et sans faire semblant de rien, monta sur un cheval et s'en alla à deux lieues de la ville, rencontra l'armée du roi Antoine, et étant tombée entre ses mains, il crut d'abord que c'était Hélaine ; mais il fut bien trompé. Il l'interrogea de son être et de sa religion. Elle répondit : je suis chrétienne ; mais mon père qui est un payen me détient là sans vouloir que je sois baptisée, et même il veut me contraindre à l'épouser, ce qui m'oblige de fuir.

Antoine se souvenant de sa fille Hélaine, qu'il avait obligée de fuir pour le même sujet, se mit à pleurer, et lui dit : Madame, voulez-vous être baptisée ? Elle répondit, oui : aussitôt il la fit baptiser. Antoine prit la route de Flandres, vint à l'abbaye où avait été Hélaine, demanda de ses nouvelles aux religieuses, qui lui racontèrent comment les cloches avaient sonné d'elles-mêmes à son arrivée.

 


Autres billets sur les Portraits
De Constantinople à Rome : quand parlent les portraits par Danielle Regnier-Bohler 

Partager cet article

Repost 0
Published by Médiathèque André Malraux de Lisieux - dans Contes
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références