Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 13:09

Logo-universite-de-Geneve-copie-1.jpgAlain Malafosse
Nader Perroud
Ariane Giacobino

Actualités Média
La maltraitance dans l'enfance modifie la régulation des gènes impliqués dans la gestion du stress.
Chez l’homme, la maltraitance dans l’enfance, en entraînant une dérégulation du gène récepteur des glucocorticoïdes (NR3C1) observée dans les cellules sanguines, perturbe la gestion du stress à l’âge adulte, ce qui peut déclencher le développement de psychopathologies. C’est la conclusion d’une étude menée par une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE) et des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), qui a fait l’objet d’une publication dans la revue Translational Psychiatry.

La maltraitance dans l’enfance est souvent associée à des troubles de nature psychiatrique à l’âge adulte. Le groupe de recherche du professeur Alain Malafosse, au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’UNIGE, en collaboration avec le Département de médecine génétique et de développement, travaille sur les interactions entre des facteurs génétiques et environnementaux et le rôle que celles-ci peuvent jouer dans l’origine et l'évolution des troubles psychiatriques. L’équipe genevoise a démontré que, chez l’homme, l’association entre la maltraitance infantile et certaines psychopathologies adultes résultait d’une modification des mécanismes de régulation des gènes (modification épigénétique) impliqués dans la gestion du stress.

Pour lire l'article, cliquez sur le logo de l'Université de Genève


Autres billets concernant les traces biologiques d'agressions sexuelles dans l'ADN
Les agressions sexuelles laissent des traces biologiques dans l'ADN
• Increased methylation of glucocorticoid receptor gene (NR3C1) in adults with a history of childhood maltreatment: a link with the severity and type of trauma

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Malafosse - dans Transgénérationnel
commenter cet article

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références