Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
11 mars 2000 6 11 /03 /mars /2000 18:08

Vanistendael Le bonheurPréface de Michel Manciaux
P12
Dans leur livre, joliment intitulé Le bonheur est toujours possible, Stefan Vanistendael et Jacques Lecomte ne se contentent pas de rapporter de nombreux exemples d'enfants, d'adolescents, de familles, de groupes résilients. Ils analysent finement les tenants et les aboutissants de cette qualité trop méconnue et nous montrent comment elle peut éclore et se développer dans des circonstances variées, dans des contextes culturels et sociaux contrastés.

Construction complexe, ils comparent la résilience à une petite maison, la casita, qui se bâtit sur des fondations solides : réseaux de contacts informels où le jeune se sent accepté ; comporte un rez-de-chaussée : la capacité à trouver du sens aux événements, à la vie ; puis plusieurs pièces : estime de soi, aptitudes, compétences ... ; enfin un grenier et un toit : d'autres expériences à découvrir.

Ce schéma peut sembler simpliste : en fait échafaudé par des enfants qui réfléchissaient à ce qui les faisait tenir et vivre, il se prête remarquablement au travail en commun et à 1'« invention » de la résilience. Et ces capacités, aptitudes, ressources qui édifient la compétence, les différents chapitres du livre les égrènent en autant de messages : tout le monde a besoin d'un peu d'amour ;  savoir écouter la souffrance d'autrui ; les victimes peuvent s'entraider ; donner un sens à la souffrance, à sa vie ; le pardon, porte ouverte sur l'avenir ; ne pas se laisser abattre ; se délivrer d'une fausse culpabilité ; garder l'estime de soi ; s'imaginer un avenir meilleur. L'humour, qui aide à prendre du recul par rapport à un vécu difficile, voire quasi insupportable, favorise aussi la résilience; et les enfants n'en manquent pas.


le jeune se sent accepté ; un ou deux parents violeurs : preuve remarquable d'acceptation.

la capacité à trouver du sens aux événements ; l'exploitation sexuelle a certainement un sens, mais tout à fait inabordable par des enfants.

estime de soi ; un peu ésothérique quand les parents vous chatent à longueur de vie que vous êtes moins que rien.

des enfants qui réfléchissaient à ce qui les faisait tenir et vivre ; la responsabilité de faire en sorte que la famille ne soit pas détruite puisque si elle l'est, ce sera de sa faute.

savoir écouter la souffrance d'autrui ; si tu le dit, et que ta mère se suicide ce sera de ta faute. Savoir endosser la souffrance de la mère.

les victimes peuvent s'entraider ; protéger la fratrie et se laisser faire pour que les autres soient moins importunés.

le pardon, porte ouverte sur l'avenir ; pardonner à l'agresseur, sinon, il ne reste que le suicide.

ne pas se laisser abattre ; tu dois toujours être gaie et sympa sinon tu vas te retrouver toute seule.

s'imaginer un avenir meilleur ; ça, c'est la chose la plus simple à faire parce qu'il ne peut pas être pire.

être résiliente, sinon, tu es une mauvaise fille et tout le monde te fuira.


Autres billets sur Le bonheur est toujours possible par Stefan Vanistendael & Jacques Leconte
1/ Le bonheur est toujours possible. Construire la résilience
3/ L'importance du "tuteur de résilience" après les viols par inceste
4/ Savoir écouter la souffrance
5/ L'écriture contre le silence
6/ Les groupes de paroles
7/ Nancy Palmer propose donc une approche non pathologique pour comprendre un itinéraire de résilience
8/ Un cas exceptionnel de résilience : Victor Frankl
9/ Démagogie – Donner un sens à sa souffrance quand on a subi des viols par inceste
10/ Le pardon, une porte ouverte sur l'avenir
11/ Le soutien de la foi dans la résilience
12/ Les stratégies  employées par les personnes résilientes  
13/ Le déni face à une situation extrême n'a rien de pathologique, mais constitue au contraire le premier temps de l'adaptation par Nicolas Fischer

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références