Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
2 janvier 2001 2 02 /01 /janvier /2001 15:09
Logo Revue québéquoise de psychologieStratégies d’adaptation des victimes d’abus sexuels résilientes et toxicomanes
Maga H. Dufour

Université de Montréal

Marc Corbiere

Mc Gill University

Louise Nadeau
Université de Montréal

Résumé

Les résultats de recherches récentes soulignent la nécessité de mieux saisir les stratégies d'adaptation utilisées par les victimes d’abus sexuel, particulièrement celles des victimes résilientes. La présente étude vise à mettre en lumière, à l’aide de la version abrégée du Ways of Coping Questionnaire (WCQ) de Lazarus, les différentes stratégies d’adaptation utilisées par les résilientes comparées aux personnes toxicomanes ayant vécu également un abus sexuel. Au total, 40 victimes d’abus sexuel, 20 femmes résilientes et 20 femmes toxicomanes en traitement, ont été interviewées et ont complété le WCQ. Les analyses de comparaison indiquent que les victimes résilientes et toxicomanes utilisent fréquemment la recherche de soutien social et la réévaluation positive/recherche de solution pour faire face à leur abus. Cependant, les femmes toxicomanes utilisent plus souvent que les résilientes les stratégies de distanciation/évitement. Ces résultats d'analyse de variance corroborent ceux obtenus par les analyses par grappes (cluster analysis). En effet, 70 % des femmes résilientes utilisent un style d'adaptation caractérisé par une plus grande recherche de soutien social et une réévaluation positive plus élevée. Par contre, 70 % des toxicomanes appartiennent au profil dont le mode d'adaptation majeur est représenté par la distanciation/l’évitement. Les résultats obtenus sont repris en fonction des limites de cette étude.


Autres billets de la Revue québéquoise de psychologie

°/La résilience par Martine Hébert et Colette Jourdan-Ionescu

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références