Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 21:15
Pages 146-147

Comment quelqu'un peut-il s'aimer si, très tôt, on lui a appris qu'il n'est pas digne d'être aimé ? Si on le bat afin qu'il devienne autre qu'il n'est ? Si on lui inculque que, pour ses parents, il représente un fardeau et non une joie et enfin que rien au monde ne pourrait dissiper l'aversion et la colère de ses parents à son égard ? S'ils me haïssent ainsi, se dit-il, c'est forcément de ma faute. Il se sent coupable, veut s'améliorer, mais c'est en pure perte car les parents vivent et déchargent sur leurs enfants leur rage, qu'ils ont été forcés de retenir et réprimer, envers leurs propres parents. L'enfant a seulement servi de catalyseur.

Une fois qu'on a vraiment compris cela, on cesse d'attendre de recevoir de l'amour de Papa et/ ou Maman. On sait pourquoi cela a été et reste impossible. Alors, on va s'autoriser à voir comment on a été traité dans son enfance, et à sentir combien on en a souffert.

Au lieu de continuer à s'apitoyer sur eux, à les comprendre et se culpabiliser, on commence à prêter assistance à l'enfant que l'on fut. Il va naître en nous de l'amour pour cet enfant – car nous avons rempli la condition nécessaire, avons ouvert les yeux sur la tragédie du passé. C'est la fin de la minimisation de ses souffrances, l'avènement d'une approche respectueuse de ces souffrances et de l'enfant. Ainsi vont s'ouvrir les portes, jusqu'alors fermées, vers soi-même. Mais elles ne s'ouvriront nullement si l'on dit à quelqu'un : « Tu dois t'aimer toi-même. » Il se sentira débordé par ce genre de conseils, c'est trop lui demander s'il ne lui est pas encore permis de savoir ce qu'était réellement son enfance et pourquoi la vérité est aussi douloureuse.

 


Autres billets sur Ta vie sauvée enfin
1/ Ta vie sauvée enfin

2/ Pardon nocif
4/ Ecrire pour laisser émerger la véhémente indignation

5/ Arrêter la reproduction du sadisme parental

6/ La distinction entre émotion et sentiment

*/ Virginia Woolf par Alice Miller

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références