Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:15

Logo Canoe.caMyriam Grenier

Justice - Publié le 14 avril 2010 à 16:35
Un père accusé d'inceste sur sa fille il y a plus de 30 ans, Richard Duguay de Val-d'Or, a été confié à la Commission d'examen des troubles mentaux (CETM) lors de sa comparution, le 12 avril au Palais de justice de Val-d'Or.
Cette décision de la juge Renée Lemoine, de la Cour du Québec, a été prise à la suite du dépôt du rapport médical d'un psychiatre concernant Richard Duguay. Une personne est déclarée inapte à subir son procès lorsque le juge conclut à l'incapacité de celle-ci de comprendre la nature des accusations portées contre elle ou les conséquences possibles de ces accusations.
Richard Duguay n’a donc pas été déclaré coupable ni acquitté. Il demeure présumé innocent comme tout accusé. Il a été remis en liberté sous conditions et devra comparaître devant la Commmission d’examen dans les 45 jours. Ce tribunal administratif effectuera le suivi. Duguay devra revenir devant la Cour du Québec d’ici deux ans où l’on statuera à nouveau sur son aptitude à subir son procès.
Pas surprise
Sa fille, Danielle Toulouse, présente lors de cette décision, n'a pas été surprise. « Je m'en attendais. Je le savais déjà. Il va être évalué sur son état dégénératif et sa démence. Quand je l'ai vu, j'ai constaté qu'il dégénérait. Il n'est vraiment plus batailleur comme avant », précise-t-elle. Selon elle, son père aurait avoué à de nombreuses reprises les gestes reprochés, mais son état mental le rend inapte à subir son procès.
L'histoire
Arrêté en septembre 2009, l'homme de 64 ans fait face à six plaintes à caractère sexuel, des plaintes de viol et d'agressions sexuelles à l'égard de sa fille. Les gestes auraient été commis entre janvier 1974 et novembre 1985 à Val-d'Or et Val-Senneville. Il aurait commis de l'inceste sur sa fille sur une période de 11 ans, alors qu'elle avait entre 6 et 18 ans.

Pour lire la suite de l'article, cliquez sur le logo de Canoé ca.

Repost 0
Published by Myriam Grenier - dans Culpabilité
commenter cet article
16 septembre 1999 4 16 /09 /septembre /1999 04:41

Broché
Paru le : 16/09/1999
Editeur : Jour (Le)
ISBN : 2-89044-657-3
EAN : 9782890446571
Nb. de pages : 293 pages
Poids : 380 g
Dimensions : 15,4cm x 22,9cm x 2,2cm

Bon nombre de nos problèmes psychologiques s'enracinent dans la culpabilité que nous éprouvons inconsciemment à l'égard des êtres qui nous sont le plus chers.
L'amour et les soins attentifs reçus dans l'enfance au détriment d'autres membres de la famille, l'indépendance durement conquise, l'impossibilité de répondre aux attentes de nos proches ne sont que quelques-unes des fautes dont nous avons pu nous sentir coupables à un moment ou l'autre de notre vie. Convaincus qu'elles auront fait le malheur d'un frère, d'une sœur ou des parents, nous n'aurons cessé depuis lors de nous autopunir de diverses manières afin d'expier ces crimes imaginaires.
Si vous avez tendance à endosser ainsi les problèmes du monde entier ou à vous sentir obligé de combler les attentes de tous et chacun, il est grand temps d'y mettre fin. Le présent ouvrage vous propose divers moyens d'identifier les causes d'un tel comportement et de vous en libérer avant qu'il n'entrave sérieusement votre épanouissement personnel. Si vous avez été confrontés dès le bas âge aux problèmes de la violence physique et sexuelle, de l'alcoolisme ou de la maladie mentale, vous y trouverez une certaine forme de soutien qui vous aidera à faire une découverte fondamentale : vous êtes dignes d'être aimés.

Introduction
Certains savent reconnaître les manifestations de ce sentiment et l'emprise qu'il exerce sur eux;  mais, chez la plupart d'entre nous, il est enfoui dans les profondeurs de l'inconscient. Ces blessures que nous pensons avoir infligées à nos proches au cours de notre enfance, ces crimes imaginaires, ont engendré en nous une culpabilité d'autant plus déconcertante qu'elle est inconsciente justement. Seuls sont en réalité manifestes les problèmes qu'elle entraîne :

 

• sabotage de notre propre succès ;

• inaptitude à connaître le bonheur à l'intérieur d'une relation intime ;

• incapacité de nous détendre et de jouir de la vie.

Page 20

Vous ne pouvez ressentir ce sentiment de culpabilité

Pendant que vous lisez ces pages et songez à vos propres problèmes, ne vous attendez pas à être en mesure de ressentir ce sentiment de culpabilité. Vous en serez le plus souvent incapable. Par contre, vous remarquerez peut-être que vous agissez toujours de manière à vous attirer frustration, tristesse, solitude ou échec, ou que vous suivez sans cesse certains modèles de conduite d'échec, ou encore que vous êtes souvent anxieux ou découragé sans raison apparente, comme si vous ressentiez le besoin de vous punir. Et c'est vraiment ce que vous faites : vous vous punissez pour apaiser votre sentiment inconscient de culpabilité.

Page 51

Une récompense mal comprise

Il est tentant de croire que si nous répétons sans arrêt les mêmes conduites d'échec, c'est que nous devons bien « en tirer quelque chose ». Nous essaierons alors de voir les châtiments que nous nous imposons comme une récompense cachée :

• Nos échecs nous vaudront la sympathie des autres.

• Les souffrances que nous nous infligeons attireront l'attention.

• Nos impitoyables autopunitions nous offriront le « bénéfice » masochiste de l'apitoiement sur soi-même.

Bien qu'il y ait une part de vérité dans chacune de ces idées, elles n'ont pas de raison d'être. Lorsque nous nous répétons ces choses, nous ne faisons que nous punir davantage. En disant à une patiente qui souffre qu'elle se complaît à s'apitoyer sur elle-même, ou cherche à attirer l'attention, un thérapeute ne réussira vraisemblablement qu'à aggraver sa souffrance.

Page 198

Les agressions sexuelles

Chez bon nombre de victimes, les agressions sexuelles d'un père ou d'une mère sont devenues leur principal crime imaginaire. Elles ont l'impression de les avoir provoquées, qu'elles auraient dû y mettre fin ou que, d'une manière ou d'une autre, elles les méritaient. Cela est vrai même lorsque les expériences sont horrifiantes ou répugnantes, encore davantage si la victime en a ressenti un plaisir sexuel. Il est facile pur une enfant de supposer que, parce qu'elle a pris plaisir à certains aspects d'un attentat à la pudeur, elle est responsable de ce qu'il se soit produit. Si l’on n'offre pas à l'enfant la possibilité de parler ouvertement de ces expériences, il en assumera le plus souvent la responsabilité. Pire encore, dans certains cas, on lui dira explicitement qu'il a lui-même cherché ou mérité ce qui lui est arrivé.

Les agressions sexuelles donnent naissance à un grand nombre de problèmes : manque d'estime de soi, anxiété, dépression/ difficultés sexuelles, difficulté à faire confiance aux autres. Même des incidents en apparence mineurs et isolés impliquant des agressions sexuelles peuvent être profondément traumatisants pour la jeune victime. Comme l'écrivent Ellen Bass et Laura Davis, auteurs d'un guide à l'intention des femmes victimes de violence sexuelle, « un père peut en trente secondes glisser ses doigts dans le slip de sa fillette et, après cela, le monde n'est plus le même15 ».

15. Ellen Bass et de Laura Davis, The Courage Ta Heal: A Guide for Women Survivors of Sexual Abuse (New York, Harper and Row, 1988), p. 21.

Page 155

Au-delà de l'identification ou de l'acquiescement

La thèse que soutient ce livre est que bon nombre de problèmes psychologiques communs sont en fait des autopunitions consistant à reproduire les mauvais patterns de nos parents ou à obéir à leurs messages négatifs. Mais il existe un groupe important de problèmes psychologiques qui ne découlent pas d'un châtiment. Ils naissent des efforts irrationnels que nous faisons pour nous protéger de blessures comparables à celles que nous avons reçues dans le passé.

Repost 0
Published by E.T. - dans Culpabilité
commenter cet article

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références