Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Autofiction Inceste Résilience
  • Autofiction Inceste Résilience
  • : SAUVER NOTRE VIE est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous mêmes. Le travail d'autofiction après les viols par inceste peut-il faire œuvre de Résilience ?
  • Contact

Wikio - Top des blogs

Wikio - Top des blogs - Divers

Recherche

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Auteure anonyme sur Hellocoton
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:57
Logo COMDEF communauté défense
29 jenvier 2011
"l’homme est l’instrument premier du combat"

On y apprend que l'armée américaine a développé un programme de « réarmement moral » de ses soldats.
En renforçant 5 domaines constitutifs du combattants l'armée US compte le rendre plus résilient et ainsi limiter les effets de stress post-traumatiques liés aux engagements en Irak et en Afghanistan.

Les 5 domaines de ce blindage moral sont :
- le physique (physical) à base d'endurance, musculation, entraînement intensif et alimentation saine (Performing and excelling in physical activities that require aerobic fitness, endurance, strength, healthy body composition and flexibility derived through exercise, nutrition and training.) ;
- le moral ou force morale (emotional) : exercices développant la confiance en soi et permettant de positiver face à n'importe quel événement (Approaching life’s challenges in a positive, optimistic way by demonstrating self-control, stamina and good character with your choices and actions.) ;
- le social : un réseau d'amis partageant les mêmes idéaux, qui renforcent cette confiance en soi, en sa valeur en ses principes (Developing and maintaining trusted, valued relationships and friendships that are personally fulfilling and foster good communication including a comfortable exchange of ideas, views, and experiences.) ;
- le spirituel : développer une croyance qui renforce les valeurs acquises par la famille, les réseaux sociaux et la force morale (Strengthening a set of beliefs, principles or values that sustain a person beyond family, institutional, and societal sources of strength.) ;
- la famille : environnement sain, sécurisant et aimant (Being part of a family unit that is safe, supportive and loving, and provides the resources needed for all members to live in a healthy and secure environment.).
.
.
Au-delà des critiques, que cette vision traditionaliste mise en place par des technocrates issus de l'administration Bush ne peut manquer de susciter, ce renforcement moral du combattant américain ne peut pas laisser indifférent si l'on s'intéresse aux thèmes de la résilience et des risques humains :
.
- la technologie ne fait pas tout et les meilleurs blindages mis en place sur le véhicules ne couvriront pas la fragilité des hommes ;
- la guerre est un phénomène psychologique destructeur et nécessite que la communauté des combattants soit la plus soudée possible pour y faire face (résilience) ;
- l'humain reste le phénomène le plus important pour gagner des batailles (l'armée américaine l'avait peut-être oublié en misant exclusivement sur la technologie) ;
- la résilience d'un groupe n'est pas un phénomène automatique mais se construit patiemment (voir mon billet sur les HRO : HRO : High Reliability Organizations : haute fiabilité organisationnelle );
- par delà les dérives (incontournables avec la manière excessive dont les Américains savent s'attaque aux problèmes pour les régler), cette méthode peut inspirer la manière de recréer au sein d'une nation de la résilience, de la confiance et une identité nationale renforcée en chassant la spirale de l'anxiété par celle du positivisme en des valeurs communes, partagées et reconnues (voir mes billets sur ce sujet, notamment : Résilience, débat sur l'identité nationale et livre blanc sur la défense et la sécurité nationale et Débat sur l'identité nationale : quelle utilité ? )
.
- il est donc finalement étonnant (mais la vision française est biaisée) que ce programme n'insiste pas également sur la nécessaire reconnaisance de la Nation dans le bien-fondé de la mission militaire. Cet aspect (moins prégnant aux Etats-Unis, où la Nation soutient ses Boys, qu'en France où l'indifférence domine) est essentiel pour que le soldat se sente compris et soutenu. Si les limites à cette compréhension sont celles du microcosme qu'on lui demande de se créer autour de lui (famille, réseau social), il restera vulnérable lorsqu'il s'apercevra que le reste de la Nation demeure soit indifférent, soit hostile à son engagement.
Ce ne sont que quelques pistes de réflexions. Une fois encore, il importe de rester prudent face à ce programme qui comporte certains excès. Ce qui reste rassurant, c'est le retour à l'humain, après les excès du tout technologique.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le logo de Comdef
Repost 0
Published by GESTION DES RISQUES ET CRISES - dans Livres résilience
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 06:31

Jeanne Cordelier Reconstruction

Reconstruction, c'est d'abord le livre de l'ivresse d'exister, de l'ivresse d'aimer. Par quel miracle la petite fille abusée à onze ans par son père, l'adolescente livrée à dix-huit ans par sa mère à un proxénète qui allait la prostituer quatre ans et demi sur les trottoirs de Paris, avec épisodes dans ces « maisons d'abattage » où l'on envoyait les récalcitrantes pour les dresser, par quel miracle allait-elle découvrir l'ivresse de vivre enfin ?

…/…

Comment imaginer que dans cette vie verrouillée, placée dès le départ sous le signe de la violence, va surgir ce miracle qu'on appelle résilience ? Une résilience fondée sur l'amour et l'écriture qui vont réussir à ouvrir la porte de ce qu'elle va appeler sa reconstruction.

« Ce qui a fait que le système se déglingue, c'est que je suis tombée amoureuse. Mais pas amoureuse comme ça, folle amoureuse. […] A la vue de [cet homme] je retrouvais quelque chose qui datait d'avant la souillure. »

Cette phrase, c'est sans doute le moment de basculement et la clef de tout ce livre, dont Jeanne Cordelier va nous faire partager les étapes. Imprévues, passionnantes, douloureuses aussi, et longtemps fragiles et menacées car on ne quitte pas le milieu comme on claque une porte. On n'oublie jamais son enfance piétinée, les trahisons de ses proches, ses propres errements sur un chemin où ne règnent pas les lois coutumières.

« L’inceste, c'est pire que la prostitution », dira-t-elle quelque part. Cette reconstruction, c'est le versant lumineux de La Dérobade. On y retrouve ce qui avait assuré le succès phénoménal de son premier livre : ces traits de caractère insolites qui ont survécu aux drames de sa vie : la générosité, l'empathie, l'absence totale de rancune envers les artisans de son malheur et – oui, j'ose le dire – une fraîcheur d'âme et une capacité d'aimer intactes et aussi une poésie qui l'ont sûrement sauvée autrefois de la destruction.

…/…


Autres billets sur Reconstruction de Jeanne Cordelier

1/ Reconstruction de Jeanne Cordelier

2/ Jeanne Cordelier : Le second souffle

4/ Reconstruction de Jeanne Cordelier par le Figaro.fr 

5/ Aimer après l'inceste

6/ Comment devient-on après les viols par inceste ?

7/ Famille d’incestueurs

8/ La peur de l'abandon après une enfance violée

9/ Rêve d'inceste

10/ Le vide, l'abandon
11/ Dissociation

12 / Avec les viols par inceste, les échecs scolaires

13/ La chronique littéraire de Jean-Claude Lebrun : Jeanne Cordelier. L’autobiographie nécessaire

14/ Un corps que je ne connais pas
15/ "Reconstruction", de Jeanne Cordelier : la deuxième vie de Jeanne Cordelier par Fabienne Dumontet

Repost 0
Published by Benoîte Groult - dans Livres résilience
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 09:56

9782847346442.jpgRetour à la vie
guérir de la Shoah, entre témoignage et résilience

Parens, Henri

traduit de l'anglais par Catherine Petitjean

préface Boris Cyrulnik

Tallandier, Paris collection Contemporaine

Parution : mars 2010


Résumé :

Pédopsychiatre et psychanalyste américain, H. Parens livre ici ses mémoires de la Shoah et son expérience de la résilience. Il ouvre des voies de réflexion inspirées de son histoire personnelle et de son travail auprès des enfants sur le traumatisme, la violence et le préjugé pernicieux.


Quatrième de couv :

« Les pages qui suivent renferment mes mémoires. Mais pas seulement... » Au-delà du récit, qui pourrait être celui de centaines d'autres enfants juifs jetés dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, Henri Parens nous entraîne dans sa démarche de résilience. Pourquoi a-t-il survécu sans se rendre compte de ce qui se passait ? Pourquoi a-t-il attendu si longtemps avant de témoigner et d'entreprendre des recherches sur sa famille ?

À ces questions, Henri Parens apporte des réponses et ouvre des voies de réflexion, appuyées sur son expérience auprès des enfants et sur ses travaux sur les traumatismes. Car c'est dans les premières années de la vie que s'implantent les germes de la violence et de l'intolérance qui seront celles des adultes.

Autoanalyse et témoignage de rescapé se mêlent. Pour ne pas oublier la Shoah, pour que cela ne recommence jamais...

 


Cité par Boris Cyrulnik dans Je me souviens

Repost 0
Published by La Procure - dans Livres résilience
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 14:59
De-l-emprise-a-la-resilience.jpgDe l'emprise à la résilience - Les traitements psychologiques des violences conjugales : auteurs, victimes, enfants exposés
Jean-Pierre Vouche

Broché Paru le : 03/09/2009
Editeur : Faber
Collection : Psychothérapies créatives
ISBN : 978-2-84922-073-3
EAN : 9782849220733
Nb. de pages : 345 pages
Poids : 765 g
Dimensions : 16cm x 24,5cm x 3cm

Pour comprendre l'ampleur du phénomène des violences conjugales, il suffit de constater les chiffres : sur deux ans l'Observatoire National de la Délinquance a enregistré une hausse de plus de 30 % des faits de violences volontaires sur des femmes majeures par leurs conjoints.
Mais ces cas avérés ne correspondent qu'à 20 des actes de violences, le reste n'étant pas recensé. Le concept d'emprise apporte une réponse à la question du secret gardé par les femmes victimes. La résilience peut permettre spontanément, ou par l'aide de thérapeutes, de rebondir dans des situations critiques, alors que l'attachement affectif demeure. Grâce à des dispositifs analytiques innovants, qui apportent à cet ouvrage des éclairages sur les axes et contenus thérapeutiques, les victimes vont pouvoir bénéficier de cadres de soutien psychologique pour entretenir leurs ressources personnelles afin de s'extraire de la relation d'emprise.
La question des enfants exposés aux violences domestiques est également traitée, tant par les instruments de dépistage que par les réponses de soutien psychologique. Cet ouvrage, très illustré au travers de nombreux exemples, livre un message d'espoir pour l'ensemble des acteurs et témoins de ces violences.

Autres billets sur le livre de Jean-Pierre Vouche
2/ Rupture des registres communicationnels
3/ Langage d'injonction en matière d’emprise
4/ Les violences intrafamiliales et les violences sexuelles dans les familles
5/ C’est hors de l'emprise du père que les révélations peuvent se faire
6/ L'espoir de la résilience tient au fait que la parole va arriver à poindre hors de l'emprise
7/ Animation du groupe de parole SPIP
Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 06:05
Poche - Broché
Paru le : 31/01/2007
Editeur : Puf
Collection : PUF
ISBN : 978-2-13-056033-3 EAN : 9782130560333 Nb. de pages : 127 pages Poids : 100 g Dimensions : 11,5cm x 17,5cm x 0,8cm
Le mot de " résilience " rencontre aujourd'hui un succès considérable.
Pourtant, si elle constitue pour certains un véritable tournant dans la façon de considérer la psychopathologie, la résilience n'est pour d'autres qu'un habillage neuf pour désigner divers processus connus depuis longtemps : ceux qui permettent de résister à un traumatisme et/ou de se reconstruire après lui. L'auteur analyse les raisons de l'attrait que la résilience suscite. Il expose son histoire, d'abord américaine, et pointe les divergences autour de ses définitions et de ses usages.
Tantôt processus et tantôt trait de personnalité, sorte d'immunologie psychique ou méthode de prévention, la résilience connaît en effet de multiples déclinaisons et recouvre des conceptions variées, voire opposées.
Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 13:07
Jean-La promesse des enfants meurtrisPaul Mugnier, John Wideman
Broché
Paru le : 05/01/2006
Editeur : Fabert
Collection : Pyschothérapies créatives
ISBN : 2-84922-016-7
EAN : 9782849220160
Nb. de pages : 106 pages
Poids : 250 g
Dimensions : 16,5cm x 24cm x 1cm

Pour certains enfants confrontés très tôt à des violences physiques ou sexuelles, à des négligences graves ou à des humiliations, le temps de l'enfance est d'abord le temps de l'espérance, espoir qui s'apparente souvent à une promesse faite à soi-même, celle de mener un jour une vie paisible.
Toutefois, si cette promesse donne un sens a une existence à venir, elle peut se transformer en piège lorsque les circonstances de la vie empêchent qu'elle soit tenue, échec synonyme de trahison entraînant la perte d'estime de soi. A l'aide de nombreux exemples cliniques, l'auteur montre l'importance d'offrir à ces enfants devenus adultes la possibilité de faire le récit des évènements douloureux qui les ont conduits à ne pas respecter ce serment, première étape de la reconquête de l'estime de soi.
L'engagement des professionnels est un aspect important de ce processus visant à cette reconstruction. En effet, comment ces personnes pourraient-elles de nouveau compter sur elles-mêmes si elles n'ont pas d'abord la possibilité de compter sur les autres ?
Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
26 février 2004 4 26 /02 /février /2004 21:38


Céline Sinclair (Traducteur)

Broché
Paru le : 26/02/2004
Editeur : Homme (Les éditions de l') 
ISBN : 2-7619-1886-X
EAN : 9782761918862
Nb. de pages : 426 pages
Poids : 585 g
Dimensions : 15,5cm x 23cm x 3cm
En chacun de nous un petit enfant appelle au secours et souffre quand on ne l'entend pas. Cet enfant, nous faisons comme s'iln'existait pas : nous ignorons délibérément ses désirs, ses frustrations, ses craintes et son besoin d'amour. Résultat ? Nous croyons être des adultes, alors que nous ne sommes que de grands enfants éternellement insatisfaits, alcooliques, dépendants de toutes sortes de drogues, incapables d'entretenir des relations épanouies.
Ce tableau peu réjouissant du monde adulte, il n'en tient qu'à vous de le mettre de côté pour peindre le vôtre avec des couleurs plus gaies.
Comment ? En vous réconciliant avec votre enfant intérieur.
Retrouver l'enfant en soi est la synthèse des ateliers que l'auteur a mis sur pied à l'intention de tous les adultes malheureux et mésadaptés de la société. En tendant la main à votre enfant intérieur, vous l'aidez à terminer sa croissance et vous devenez un adulte épanoui qui s'abreuve à la source même de son équilibre.


Autres billets sur le livre Retrouver l'enfant en soi par John Bradshaw
2/ Les dysfonctions dans les relations d’intimité
3/ Le sentiment de vide
4/ Les croyances magiques
5/ Les émotions refoulées
6/ Les défenses du moi et la théorie du portillon
7/ Le remords
8/ Les comportements agressifs
9/ Le témoignage
10/ Groupe de parole : comprendre qu’on est là pour soutenir les autres
Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
1 décembre 2001 6 01 /12 /décembre /2001 08:25

la résilience à quel prix -Broché

Paru le : 04/12/2001
Editeur: Maloine
ISBN : 2-224-02729-X
EAN : 9782224027292
Nb. de pages : 240 pages
Poids : 290 g
Dimensions : 13cm x 22cm x 1,8cm
L'attention est de plus en plus souvent attirée sur des personnes, notamment des enfants, qui, confrontées à des situations dures et périlleuses, loin de s'effondrer, paraissent développer, dans ces épreuves, de réelles capacités de résistance et même d'épanouissement. L'intérêt de ces observations est de montrer que chacun possède des ressources cachées qui peuvent se mobiliser dans ces circonstances traumatisantes et que le pire n'est jamais assuré. Il ne faudrait cependant pas sous estimer la réalité de la blessure affective sous-jacente qui n'en est pas cicatrisée pour autant.

Logo-hommes-et-faits.jpglecture faite par Claudia Samson

Le concept de résilience est d’abord introduit en 1969 par Fritz Redl. Dans les années 80 plusieurs ouvrages consacrés à la résilience ont paru puis des études furent conduites aux États-Unis dans les années 90 sous l’influence de Emmy Werner et John Bowlby.

Aujourd’hui on compte des instituts de résilience en Hollande, des universités de résilience en Allemagne. Au Québec le chef de file des études sur la résilience est le docteur Michel Lemay et en France, à partir de ses recherches sur le comportement animal et humain et disciple de John Bowlby, Boris Cyrulnik s’impose comme spécialiste en la matière. Il pense la résilience en termes de série d’attitudes de protection et comme potentialité créatrice, développement de certaines facultés qui permettent la transformation psychique de la souffrance humaine 

Si le terme de résilience est employé couramment, ses significations s’appliquent à de nombreux domaines. On parle ainsi de résilience morale, résilience physique, résilience sociale, résilience culturelle…

Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
11 mars 2000 6 11 /03 /mars /2000 15:02
Vanistendael-Le-bonheur.jpgBroché
Paru le : 11/03/2000
Editeur : Bayard
Collection : Psychologie
ISBN : 2-227-13793-2
EAN : 9782227137936
Nb. de pages : 224 pages
Poids: 320 g
Dimensions : 15cm x 22cm x 1,7cm

" Nous connaissons tous des enfants qui, en dépit de conditions difficiles, surmontent les obstacles, tiennent le coup et deviennent des personnes bien insérées socialement.
Mais nous sommes ainsi déformés que nous avons tendance à voir ce qui ne va pas, ceux qui tournent mal, et à ignorer ceux qui s'en sortent bien. Il est temps de reconnaître la valeur et les compétences de ceux qui nous entourent, de les aider à faire émerger ces qualités souvent latentes, de positiver notre regard sur eux " (Michel Manciaux).
C'est à cette tâche ambitieuse que se sont attelés ici Stefan Vanistendael et Jacques Lecomte.
Leur réflexion, nourrie d'expériences menées dans le monde entier, s'ancre toujours dans la pratique : comment construire cette capacité de surmonter les épreuves, cette aptitude au bonheur, connue aujourd'hui sous le nom de résilience ? Si une des clés de la réussite est une bonne estime de soi, comment faire lorsqu'elle a été mise à mal ? Peut-on distinguer dans les faits relation d'aide et don d'amour ? Un livre qui conjugue optimisme et réalisme.

Repost 0
Published by Decitre - dans Livres résilience
commenter cet article
11 mars 2000 6 11 /03 /mars /2000 12:28

Vanistendael Le bonheurPage 76
Dans les camps, celui qui ne trouvait plus de sens à sa vie avait peu de chances de survivre. Et V. Frankl s'est notamment retrouvé à deux reprises face à des prisonniers qui, n'attendant plus rien de la vie, avaient décidé de se suicider.


Or, écrit-il, « l'important n'était pas ce que nous attendions de la vie, mais ce que la vie attendait de nous ». Il découvre que pour l'un de ces hommes, cette « attente » s'incarne en son enfant qu'il adore et qui l'attend dans un pays étranger. 
Pour le second, un savant, il s'agit d'une série de livres qu'il doit finir d'écrire. Cela les incite à s'accrocher à cet espoir. 
« Un homme, affirme-t-il, qui réalise l'ampleur de la responsabilité qu'il a envers un être humain qui l'attend, ou vis-à-vis d'un travail qui lui reste à accomplir, ne gâchera pas sa vie. Il connaît le "pourquoi" de cette vie, et pourra supporter tous les "comment" auxquels il sera soumis. »
Cas exceptionnel de résilience, Victor Frankl a ensuite consacré toute son énergie, en tant que psychiatre, à diffuser ce message2. Selon lui, une proportion non négligeable des névroses sont d'origine « noogène », c'est -à-dire viennent de ce que l'individu n'a pas trouvé de sens à son existence. Parfois, c'est la souffrance qui constitue paradoxalement le moyen de découvrir un sens à la vie. Cela ne signifie aucunement, pour V. Frankl, qu'il faut souffrir pour donner un sens à sa vie, mais qu'« on peut trouver une raison de vivre en dépit de – ou plutôt à travers – la souffrance, si celle-ci est inévitable ».

2. Voir aussi V. Frankl, La psychothérapie et son image de l'homme, Paris, Le Centurion / Resma, 1970.


Autres billets sur Le bonheur est toujours possible
Repost 0
Published by Stefan Vanistendael & Jacques Leconte - dans Livres résilience
commenter cet article

Cliquez sur les images pour accéder aux sources et références